UDF canton de Berne

Stop à la campagne anti-Sida

Santé publique

L’UDF Suisse proteste contre la nouvelle campagne VIH de l’OFSP. Avec des visuels à faire pâlir d’envie l’industrie du sexe, l’OFSP fait miroiter une protection contre les maladies sexuellement transmissibles (MST) par le seul recours au préservatif.

But manqué

Pour L’UDF, le devoir principal de l’OFSP est de protéger la santé de la population. Sur des bases médicales, il doit donc mettre en garde nos concitoyens au sujet de dangers pour la santé ainsi que de comportements à risque.

Depuis des années, l’OFSP fait exactement le contraire dans le domaine de la prévention du Sida, que ce soit pour des raisons politico-idéologiques ou par un égard maladroit pour les homosexuels et les lesbiennes. Le résultat est criant: l’OFSP promeut des comportements irresponsables concernant la sexualité (et soit dit en passant les drogues), en produisant des publicités dignes de l’industrie du sexe. Avec le slogan «Ne regrette rien!», il confi rme cette posture libertaire. Le message de protection qu’il faudrait retenir, au second degré, passe quasi inaperçu.

Stop à la campagne

L’UDF, qui a apporté son soutien à la pétition lancée par le Réseau Evangélique Suisse, invite l’OFSP à tenir compte des réactions offusquées et de la réalité. Notre parti appelle les autorités à opter pour un message moins explicite visuellement, mais plus explicite sur le fond. En assurant la promotion d’une vie de sexuelle empreinte de fi délité, avec un partenaire unique, qui protège bien plus des MST qu’une vie sexuelle libertaire. Les comportements affi chés de façon ostentatoire dans cette nouvelle campagne, sans égard pour la protection des mineurs qui y sont exposés, détruit non seulement les relations entre les hommes et les femmes, mais aussi leur santé.

 

Walter Muller

impulsion 4|2014