UDF canton de Berne
Home > Positions > Engagement de l'UDF (participatif) > Question interjurassienne

Avenir institutionnel du Jura bernois

impulsion 06|2013

 

Votation

Marc Früh, Lamboing

 

Les résultats du vote institutionnel sont d’une clarté limpide. Les citoyens ont clairement décidé de rester attachés au canton de Berne par 71,85 % des voix, contre 28,15 % pour les séparatistes. Avec une participation au scrutin qui s’élève à 72,49%, la volonté populaire manifestée est incontestable.

Le 24 novembre 2013 et après une longue campagne, qui s’est déroulée dans une certaine dignité, sans acte de violence ni de déprédation, les citoyens des trois districts du Jura bernois ont exprimé leur rattachement à Berne dans sa forme actuelle, à l’exception de la commune de Moutier.

Pour l’UDF, engagée en faveur du non dans le cadre de l’organisation interpartis de «Notre Jura bernois», la victoire est logique. Les citoyens n’ont pas été dupes, mais ont suivi les consignes de vote des partis. En effet, la fraternité interjurassienne a été perçue comme une attrape, la vraie raison étant d’ordre fi nancier. Le Sud aurait dû renfl ouer les caisses communales et cantonales vides du Jura Nord.

Question interjurassienne

par Marc Früh Lamboing, le 6 mars 2012

L’UDF a pris acte qu’une votation sur l’avenir du Jura bernois était imposée aux citoyennes et citoyens de la région. Nous osions espérer que l’élément déclencheur d’un tel scrutin serait une initiative soutenue par divers partis et organes régionaux.  Eh bien non, des autorités politiques externes au Jura bernois nous imposent cette consultation populaire. Si cette décision est ressentie comme une provocation, l’UDF invite ses membres et amis à garder l’esprit serein. La maturité politique des citoyennes et des citoyens permettra une décision sans équivoque. Répondez aux contradicteurs avec sagesse et intelligence. Ne vous laissez pas provoquer, car ni la colère ni la violence ne permettront de modifier la situation. Un engagement responsable basé sur des arguments véridiques et justes permettra à chacun, à chacune, à notre société d’évoluer vers un avenir économiquement et fiscalement intéressant. Pour l’UDF il est évident que pour les habitants du Jura bernois il n’y a aucun avenir meilleur à espérer en s’alliant à la République et canton de Jura. Les chiffres de l’étude AIJ (2008) du Professeur Jeanrenaud sont sans complaisances. Par contre les habitants du Jura seraient gagnants ! Donc il faut s’attendre à un important matraquage de désinformation, de propagandes douteuses et des propositions doucereuses mais fallacieuses.

Diverses formalités doivent encore être réglées et l’UDF espère que le scrutin aura lieu le plus rapidement possible. Cela évitera de longues périodes d’attentes et d’incertitudes propices aux tensions et favorisant un climat délétère. Nous regrettons que la convention ne mentionne pas, qu’indépendamment des résultats du vote, un moratoire de 50 années interdira toute visée hégémonique d’une entité cantonale envers l’autre. L’UDF regrette aussi la solution communaliste retenue qui permettra à des communes du Jura bernois de rejoindre le canton du Jura, tout en créant un morcellement de nos régions et une création d’enclaves cantonales qui vont péjorer la collaboration entre les communes. Il est étrange que l’on propose au peuple une solution communaliste qui est unilatérale et injuste, puisque la réciprocité n’est pas prévue : le cas échéant, des communes du canton du Jura devraient au même titre être autorisées à quitter le canton du Jura pour rejoindre le canton de Berne.

L’avenir de notre région ne se jouera pas sans nous, sans notre suffrage dans l’urne. Soyons en éveil !

 

Union Démocratique Fédérale du Jura Bernois